Marco Carlo Belfanti est un professeur à l’Université de Brescia, en Italie, où il enseigne l’histoire économique. Il a étudié et effectué des recherches en histoire économique et sociale de la mode et a publié des articles et des livres, parmi lesquels Civiltà della moda (2008).

[Propos recueillis par Irène Calvi]

Pouvez-vous nous parler de l’idée à l’origine de ce livre et ce qui a lancé sa rédaction ?

     C’était un projet qui maturait depuis longtemps, car il faut du temps pour accumuler la littérature critique suffisante. Au cours de l’année 2018-2019, j’ai eu l’occasion, grâce à une année sabbatique, de rassembler les idées que j’avais en tête depuis plusieurs années et de faire un discours complet sur l’analyse du phénomène. Le point de départ était la curiosité envers l’association qui était et est faite entre le Made in Italy et le bon goût italien. D’où vient-elle et sur quelle base est-elle reconnue et admise par le public international ?

Comment cette publication s’intègre-t-elle dans l’anthropologie et l’histoire des études du vêtement, du corps et de la société ? Pouvons-nous donner une définition ?

      On peut la définir histoire culturelle, car c’est l’histoire d’une idée.

Quelle est l’importance de connaître les origines de fabrication ? La naissance et le développement de made in permettent-ils de l’utiliser avec une plus grande conscience ?

    Je trouve cela fondamental dans tous les cas de succès de Made in (qui sont identifiés dans Made in France, Made in Germany, Made in Switzerland, Made in Japan). C’est important car derrière chaque Made in … il y a une histoire et une construction culturelle. Et cette construction culturelle est inscrite dans l’histoire. Si vous voulez comprendre la nature de ces phénomènes, une analyse historique est nécessaire.

Vous parlez beaucoup du regard des autres, du regard à l’étranger sur l’Italie. Pourquoi est-il important d’avoir un look complet ? Et, surtout pour ceux qui veulent entreprendre des études ou des recherches dans le domaine, un conseil pour garder une vue d’ensemble ?

     Rien ne peut être compris sans considérer la perspective internationale. Parce que tous les phénomènes naissent d’une réputation qui se construit et se dépense dans un contexte international. Rester à l’intérieur du pays ne permet pas de comprendre l’ampleur du phénomène de caractère international. Il est essentiel de regarder de l’extérieur.

Nous sommes revenus de la Renaissance à nos jours. Après être passé à un système de mode mondial, puis à la fast-fashion, etc. revenons-nous maintenant à une préférence pour les produits et matériaux locaux dont la fabrication est nationale ? Est-ce une tendance qui se confirme ?

      En réalité, la production locale authentique est limitée. La délocalisation de la production par laquelle de nombreux articles suscite de nombreux soupçons chez le consommateur. La plupart des processus de production sont réalisés en Chine, au Maghreb ou en Asie du Sud-Est. L’identification réelle de la chaîne de production au sein du Made in Italy a pratiquement disparu. L’idée du Made in Italy reste comprise comme la conception / design / conception d’un produit. On revient aux origines, à l’identification du Made in Italy avec un type de goût. Renforcement que les identités des marques individuelles ont eu. De nombreuses marques made in Italy (Ferragamo, Gucci, etc.) sont des marques Made in Italy mais n’ont pas besoin de le dire car leur identité de marque est supérieure. C’est un autre élément (avec la délocalisation) qui s’affaiblit actuellement beaucoup dans le Made in Italy.

En fait, qu’est-ce qui est fabriqué en Italie aujourd’hui ? Jusque dans les années 80, il était considéré comme un élément de qualification de produit haut de gamme – maintenant pour le distinguer des produits de consommation ordinaires ainsi que des produits fabriqués en Chine. S’il avait auparavant une fonction de concurrence internationale, il a maintenant désormais une fonction purement défensive.

Compte tenu du thème dominant de la durabilité et du produit fabriqué dans la région, n’y a-t-il aucune possibilité que même à l’avenir le Made in Italy connaisse des jours meilleurs, un regain d’intérêt, voire de succès ? Par exemple, Ferragamo a relancé son image de marque durable et italienne.

       Il y a cette possibilité, mais ce levier peut être utilisé par des marques qui ne sont pas encore connues ou indépendantes. Ferragamo n’a pas besoin du Made in Italy, mais les jeunes entreprises qui souhaitent renforcer leur visibilité utilisent l’étiquette Made Italy jusqu’à ce que la marque acquiert une identité plus forte. Le Made in Italy peut continuer à être un levier pour les jeunes entreprises, les entreprises établies n’en ont pas besoin.

Pourquoi sommes-nous influencés par la lecture de “Made in” ? Comment croyons-nous à la Renaissance depuis des années ?

       Le thème de la Renaissance est une question culturelle. “Made in” fait partie de la culture de la consommation moderne, le label est apparu à l’ère de la mondialisation – à partir des années 80 – lorsque la compétitivité sur le marché international se jouait avec la mise en valeur de ces traditions / spécificités / identités nationales. C’était un élément de compétition alors que le phénomène de la Renaissance est culturel.

Avez-vous des conseils / suggestions pour les lecteurs ?

       Ne vous arrêtez jamais à la surface, ne vous laissez pas berner par les étiquettes. Allez toujours voir ce qui se cache derrière.